UQAR - Service de la bibliothèque
LISTE DES NOUVEAUTÉS AU CAMPUS DE RIMOUSKI
Presses de l'Université du Québec
Littérature et géographie

Bouvet, Rachel

Cette anthologie rassemble des textes essentiels pour penser les rapports entre littérature et géographie. Depuis la fin des années 1980, les échanges se sont intensifiés, de nouvelles approches théoriques ont vu le jour, et même si ces deux disciplines demeurent sur bien des points étrangères l’une à l’autre, on peut dire que le dialogue a été fructueux.

Littérature et géographie entend contribuer au développement de la recherche en balisant un domaine théorique en émergence dont l’objet d’étude principal est l’espace littéraire : de quelle manière la littérature entre-t-elle en relation avec les lieux? Comment l’espace y est-il représenté? La littérature constitue-t-elle un « terrain » idéal pour saisir les subtilités de l’espace vécu? Comment les outils de la géographie peuvent-ils être intégrés à une analyse textuelle? Autant de questions qui visent à mieux comprendre les rapports entre l’espace du texte et l’espace réel.

La première section du livre retrace les différentes étapes du dialogue entre littérature et géographie, dont elle fait un « état des lieux ». La deuxième est consacrée à la géopoétique, « théorie-pratique » visant à développer le rapport sensible et intelligent à la terre, ainsi qu’à la géocritique, approche comparatiste s’intéressant aux relations entre les espaces humains et la littérature. Trois autres thématiques sont explorées : le paysage, faisant intervenir la sensibilité au lieu, les filtres esthétiques et culturels; la carte, instrument privilégié en géographie, de plus en plus mobilisé dans les études littéraires; le langage, matériau de base des écrivains, qui médiatise le rapport entre le sujet et le monde. Il s’agit moins de faire la synthèse des nombreux travaux menés sur ces différents sujets que d’ouvrir des pistes de réflexion interdisciplinaire, de montrer tout le potentiel que présentent les notions, théories et outils développés par les géographes et les littéraires.

Accéder à la notice de cet ouvrage
Nouvelles dynamiques familiales en Afrique

Nouvelles dynamiques familiales en Afrique (Colloque) (2016 : Dakar, Sénégal)

Souvent présentée comme l’unité de base de la production, de la consommation, de la reproduction, de la protection sociale, mais aussi comme un lieu de pouvoir où se construisent les inégalités entre hommes et femmes et entre jeunes et moins jeunes, la famille est assurément l’institution micro­sociale qui a connu les plus importantes transformations au cours des dernières décennies en Afrique subsaharienne. Dans un contexte de grands bouleversements, les configurations familiales changent, les liens conjugaux et familiaux – tout comme la place et le statut des individus au sein des ménages – se redéfinissent et la famille est, plus que jamais, un objet politique explosif.

L’objectif des auteurs du présent ouvrage est de cerner certaines facettes des transformations qui émergent dans les dynamiques familiales des sociétés africaines, et ce, sans ignorer les enjeux que ces changements soulèvent. Privilégiant un regard pluridisciplinaire en croisant leurs points de vue, les spécialistes mettent en exergue les bouleversements, mais aussi les continuités et les résistances liées à ces transformations, en déconstruisant au passage certaines idées reçues encore tenaces sur la famille africaine.

L’ouvrage s’articule autour de quatre principaux domaines d’investigation : structures des ménages et configurations familiales; emploi des femmes et conciliation travail-famille; parentalité, socialisation des enfants et rapports intergénérationnels; politiques, programmes et droit de la famille.

Accéder à la notice de cet ouvrage
L'Université du Québec, 1968-2018 : 50 ans de contributions éducatives et scientifiques au développement du Québec

Le présent ouvrage est le fruit du travail d’une cinquantaine d’auteurs, professeurs et autres professionnels, associés aux diverses composantes de l’Université du Québec, réseau qui célèbre en 2018 son 50e anniversaire. Le fil conducteur de ce collectif est le développement de l’enseignement et de la recherche dans les constituantes de l’Université au cours des cinquante dernières années.

Fille de la Révolution tranquille et de l’État-providence, l’Université du Québec s’est donné une mission axée sur l’accessibilité sociale et géographique. Elle propose une gouvernance plus collégiale par rapport à celle de l’institution universitaire classique et un rapport à la connaissance différent qui se traduit aussi bien dans l’enseignement que dans la recherche. L’Université du Québec est une création institutionnelle, mais c’est surtout une communauté qui s’est construite peu à peu, une construction collective.

Le réseau est aujourd’hui formé de six universités constituantes, d’une université affiliée, de deux écoles universitaires et d’un institut de recherche regroupant lui-même quatre centres. En 2016-2017, l’Université du Québec regroupait tout près de 7 000 employés : 2 800 professeurs, 1 300 professionnels, près de 1 200 employés de bureau, plus de 1 000 techniciens, 350 cadres de direction et près de 300 employés des métiers et services, en plus de compter quelque 4 200 chargés de cours. En 2016, elle a délivré plus de 26 000 diplômes aux trois cycles d’études supérieures et a géré plus de 185 millions en fonds de recherche.

Accéder à la notice de cet ouvrage
Une coopération Québec-Haïti innovante en agroalimentaire : l'économie sociale et solidaire en mouvement

Le présent ouvrage est le fruit d’une recherche évaluative participative menée par une équipe de chercheurs québécois et haïtiens en collaboration avec des partenaires du Projet d’économie sociale et solidaire Québec-Haïti en agroalimentaire. Il présente notamment le travail de femmes haïtiennes qui ont réalisé des cuisines collectives et approvisionné des cantines scolaires dans des zones rurales à Labrousse et à Rivière-Froide en adoptant une approche qui mise sur l’économie circulaire.

Tenant compte du contexte et des politiques publiques d’Haïti et mettant à contribution les concepts de capabilités, d’empowerment et de co-construction des politiques publiques, les auteurs soulignent que, malgré ses limites, le projet est innovant sur plusieurs points : adoption d’une stratégie de développement plutôt que du modèle de l’aide humanitaire; renforcement des acteurs locaux plutôt que de leur imposer une programmation centralisée; recherche d’un modèle haïtien de cuisines collectives plutôt que d’importer un modèle québécois ou péruvien; reconnaissance du rôle actif des femmes et, de manière générale, des communautés locales plutôt que de les marginaliser ou de les exclure. En conclusion, l’ouvrage identifie cinq conditions pour que le projet fasse école et que l’économie sociale et solidaire fasse mouvement en Haïti.

Accéder à la notice de cet ouvrage